Tagged with " livre"
Juil 7, 2022 - livres    No Comments

Stupeur, ou le début de la police scientifique

Namaste les Dévoreureuses de Mondes,

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une lecture particulière et d’une maison d’édition que j’affectionne beaucoup. Oui, certain.e.s d’entre eux vous diront sûrement que je ne suis pas très objective, mais j’ai vraiment envie de mettre en avant le travail de ces éditrices de talent, parce qu’il me touche. Elles savent choisir des textes qui me parlent et m’intéressent.

Logo de Lucca Éditions

Lucca édition ou l’immersion dans la vulgarisation scientifique par l’imaginaire.

Oui, lier la littérature jeunesse et l’imaginaire à la vulgarisation scientifique, c’est possible, et quoi de mieux qu’apprendre en s’amusant. C’est un peu l’idée de cette maison d’édition de Lille et je suis à chaque fois en joie de découvrir leurs nouvelles publications même si, comme chacun.e, j’ai mes favoris et mes sciences préférées.
Alors non, il ne s’agit pas uniquement de sciences dures (mathématiques, physique…), les éditrices choisissent également des textes en relation avec les sciences humaines (histoire, anthropologie…) et cette variété de thématiques n’a d’égale que l’hétérogénéité des cibles de leurs publications : du lectorat jeune via des albums magnifiquement illustrés au young adult en passant par des romans plus courts dédiés aux lecteurices débutants. Et je ne vous parle même pas de la multiplicité des genres : science-fiction et space opera, policier, aventure s’y côtoient. De quoi satisfaire un large lectorat. Allez jeter un œil à leur catalogue, vous vous ferez vite un avis.

Stupeur, ou la découverte des balbutiements de la police scientifique au début du XXe siècle.

20220707 - Couverture du livre Stupeur par Julie Chibbaro

Résumé

Prudence Galewski, immigrée juive de 16 ans, s’ennuie à l’école de jeunes filles. Elle qui ne rêve que de sciences et s’interroge sur à peu près tout et, en particulier, sur cet agglomérat de petites choses qui nous constitue, les cellules. L’été dernier, elle a même confirmé ce rêve en devenant l’assistante de sa mère qui exerce en tant que sage-femme. À l’école de jeunes filles, elle n’y apprend qu’à devenir une future épouse ou, au mieux, une secrétaire, alors elle désespère. Mais les temps sont durs, l’argent se fait rare. Alors Prudence décide de chercher du travail et ça tombe bien, le poste idéal est à sa portée : assister Mr Soper, ingénieur sanitaire, qui enquête sur une étrange épidémie à Long Island.

Petite analyse

Ce livre nous propose une immersion dans l’investigation scientifique. Construit comme un polar, nous partons à la recherche du premier patient zéro de notre histoire : il contamine, mais n’est pas malade. Vous l’aurez compris, ce livre est basée sur une histoire vraie. La majorité des protagonistes ont réellement existé. Cependant, la création du personnage de Prudence offre à la narration une touche romanesque qui nous permet d’entrer au cœur de l’aventure. Nous y suivons ses questionnements d’adolescente hors-norme, qui ne colle pas au moule dans lequel une femme devrait être éduquée, surtout à cette époque, et le début de ses émois amoureux. Prudence est une héroïne à la fois intelligente, singulière et féministe, ce qui facilite l’entrée dans le roman.
Je n’aime pas vraiment la littérature jeunesse qui prend les enfants pour des abrutis, en simplifiant le style à outrance ou en censurant des éléments narratifs. En général, j’ai également du mal avec les récits à la première personne, ils sont de plus en plus fréquents et ce choix narratif, bien que facile d’accès pour la personne qui lit le récit, n’est pas toujours judicieux. Il donne parfois l’impression que l’auteurice saute sur la simplicité au lieu de réfléchir aux différents points de vue de l’histoire.
Pourtant, aucun souci pour ce livre. Avec Stupeur, j’ai pu constater que le travail de traduction est ciselé à la perfection. La plume de la traductrice rend vraiment hommage au travail de l’autrice : le jeu avec les temps est très intéressant et donne une véritable continuité chronologique au récit. Elle permet de visualiser parfaitement la jeune héroïne qui s’assoit le soir pour rédiger, raconter sa journée (au passé) et y ajouter ses analyses et questionnements (au présent). Cette temporalité rend réaliste notre façon de percevoir le monde, nos actions et nos interactions, parfois réflexes, et les interrogations qui peuvent surgir plus tard, lorsque nous avons le temps d’y réfléchir posément.
J’ai lu à plusieurs endroits sur le net, les réseaux ou dans divers commentaires, que la cohérence temporelle de ce récit était mauvaise, incompréhensible et j’en ai été fort surprise.
Parfois, je me demande ce que recherchent les lecteurices pour faire des commentaires incendiaires sur un style affûté d’une traduction qui honore le texte de l’autrice de la version originale.
Parfois, je me dis que les lecteurices recherchent de plus en plus la simplicité, comme s’iels allumaient leur télé le soir en mode lavage de cerveau et ça m’attriste, parce qu’à défaut de lectorat, c’est ce genre de très bonnes publications que l’on risque de voir disparaître.

Un bel objet

En plus de son excellent contenu, ce livre est un magnifique objet, garni d’une splendide couverture aux ornements dorés et d’illustrations très bien réalisées, ce qui n’est pas pour me déplaire, puisque j’aime autant regarder, toucher les livres que les lire (ou les sentir). Et les ressentir…

Vous l’aurez compris, Stupeur est une superbe publication de la maison d’édition Lucca Éditions, signée Julie Chibbaro et traduite par Hermine Hémon. Si vous vous intéressez au début des enquêtes scientifiques, c’est le roman policier historique qu’il vous faut.

Informations techniques

Autrice : Julie Chibbaro
Traductrice : Hermine Hémon
Illustrations : Jean-Marc Supervisée Sovak et Louis Diallo
Couverture : Noëmie Chevalier
Chez Lucca Éditions

N’hésitez pas à me dire en commentaires si vous avez aimé ce livre.
À bientôt pour de nouvelles aventures, d’ici là, prenez soin de vous.

Juin 22, 2022 - livres    No Comments

Faim avide – Livres émois 2

Namaste les Dévoreur.euse.s de Mondes,

Eh bien, nous y revoilà. Chaque année j’essaie de résister, chaque année j’essaie d’éviter au maximum ces lieux de débauches qui me séduisent et me happent totalement le porte-monnaie. Ben oui, il faut bien être honnête, la consommation de livres a un coût (tout est relatif) et bien que j’essaie de la limiter, je finis toujours pas craquer sur une histoire passionnante lorsque je mets les pieds dans une librairie, un salon du livres ou pire, une foire aux livres. Je vous le disais dans l’article « Livres émois » : même les médiathèques sont démoniaques pour moi puisque remplies de serpents tentateurs. Imaginez un banquet, un buffet à volonté de mets que vous raffolez et gratuits (ou presque)… Comment résister ? Moi je ne peux pas.

Et s’il n’y avait que ces lieux ! Le web regorge de livres de seconde main qui n’attendent qu’une seule chose : être adoptés pour se lover dans le creux douillet d’une étagère accueillante.

Soupirs…

Je ne me contrôlerai donc jamais…

Un début d’année raisonnable

C’est toujours lui qui profite des livres en premier

L’année avait pourtant bien commencé avec une résolution de plus et l’objectif de lire beaucoup plus que je n’achète, dix fois plus… hum. Sans commentaire. Janvier, février passent et je tiens le coup. Et puis Mars débarque, suivi d’avril et surtout de mai et juin. Voilà quatre mois inoubliables pour mon compte bancaire, surtout les deux derniers ! Mais laissez-moi vous expliquez à quel point je suis incapable de tenir cette fichue résolution…

Les deux premiers mois de cette année, j’ai su prendre le temps de réfléchir avant chaque achat au point que j’ai réussi, par trois fois, à entrer dans une librairie et à en ressortir les mains vides. Si vous me connaissiez, vous sauriez que c’est un exploit, notamment parce que j’ai l’impression de décevoir le/la libraire lorsque je fais ça. En ce mois de janvier mon premier argument « As-tu vraiment besoin de ce livre actuellement ? » tenait bon et je n’avais pas eu besoin d’argumenter avec moi-même. Tout allait bien.

Vint le mois de février et l’envie de terminer des séries/sagas de livres dont j’avais les premiers tomes. Après quelques passages sur des sites de ventes d’occasion (vive la second main – mon deuxième argument pour contrer l’achat d’un livre neuf), je craque et m’achète la fin de la saga de La Communauté du Sud de Charlaine Harris (vous savez, ces livres qui ont inspiré la splendide série True Blood, créée par Alan Ball) en vf et l’intégrale en vo… ben oui, il y avait une occasion à ne pas rater…

Oui, ces deux mois ont été doux comparés aux suivants, grâce aux sites de vente d’occasion…

Avril, la foire aux livres de Paimpont

Première partie des livres choisis à Paimpont

Alors là, pour parler buffet à volonté et quasiment gratuit, on y va ! Et comme j’ai des goût hyper éclectiques, je me suis lâchée. Voyez vous-même, près d’une trentaine de livres pour une modique somme. Le plus onéreux valait 2€. Bref…

La suite des livres dénichés à Paimpont

Une foire aux livres, pour moi, c’est une plus grande tentation encore qu’une maison de pain d’épices pour Hansel et Gretel, ou qu’un crocodile perdu au milieu d’une horde de fourmis magnans affamées. J’achèterais tout ! Alors, je respire, je me concentre et tente de ne prendre que l’essentiel. Mais c’est quoi l’essentiel, quand on est curieux et insatiable de nouveautés (et pas que ; ma mémoire de poisson rouge me permet de relire un livre déjà lu plusieurs fois…)

Mai, le salon des Forges Obscures (salon du polar de Trith Saint-Léger), deuxième édition

Le butin lors des Forges Obscures

Alors, ce n’est pas la thématique qui m’attire le plus en salon, je suis, de loin, beaucoup plus habituée aux salons de l’imaginaire, bien que je lise des polars aussi, en bonne fan d’Arsène Lupin, le contraire serait dommage. Mais là, le salon des Forges Obscures est organisé par deux ami.e.s de longue date et j’avais une nouvelle fois envie de marquer le coup en allant les soutenir en chair et en os. Surtout qu’après deux années de crise sanitaire, la deuxième édition a eu bien du mal à voir le jour. Alors quelle joie de parcourir ce théâtre animé de voix multiples de semeur.euse.s d’énigmes, et, il faut le dire, de cadavres, parfois bien mystérieux. L’ambiance est fun et légère, malgré la noirceur de la thématique…

Mise en scène macabre au salon des Forges Obscures

Les auteurs de maisons d’édition côtoient les auto-édités de façon égalitaire. Pas de jaloux. Pas de concurrence. Que du partage. De toute façon, toutes les ventes passent par l’unique libraire des lieux. J’y ai donc eu la joie de rencontrer Caroline Carton et ses thrillers fantastico-horrifiques et Frédéric Lyvins, qui joue dans la classe horreur et pulp jusqu’à danser de la plume avec Graham Masterton himself. Question célébrité, cette année, l’invité d’honneur n’est autre que le timide Franc Thilliez à la plume toujours affûtée.

L’affiche de la deuxième édition du salon des Forges Obscures

Je m’en sors avec six livres achetés et ma comparse avec trois – et c’est sans compter avec les quatre qu’elle m’a offert plus tard (ils ne venaient pas du salon ceux-là…) De tout cela, j’ai déjà dévoré la moitié puisque j’étais en vacances à ce moment-là, et je ne me suis pas privée d’en lire deux des trois sélectionnés par ma comparse, dont l’excellent Enfermé.e, de Jacques Saussey.

Les deux livres acquis par ma comparse que j’ai déjà lus

Merci à Élo et Seb’ pour ce chouette, mais trop court moment. J’aurais vraiment aimé pouvoir assister à la table ronde. Promis, l’année prochaine, je la fais plus longue !

Juin, le salon des Étonnants Voyageurs

C’était la première que je faisais un salon de cette envergure et je ne suis vraiment pas sûre de renouveler l’expérience, malgré de chouettes rencontres. Déjà l’entrée est chère (heureusement que j’avais une invitation – merci Lucca Éditions) et puis : trop de stands, trop de monde, trop de bruit… donc trop de stimulations pour moi = saturation sensorielle. Youpi ! J’étais ravie de retrouver le calme de ma maison après ce salon. Oui, ça fait plaisir de voir tout ce brassage de genres, styles, mais ce n’est clairement pas ma came, d’autant plus que le lieu est une véritable étuve pas aérée.

Les livres de Lucca Éditions trouvés aux Étonnants Voyageurs

En tout cas, comme d’hab’ avec la littérature de l’imaginaire, de bons échanges avec Lucca Éditions et ses éditrices, Gulf Stream (éditrices et autrices), avec Critic (libraires et éditeurs), avec Transboréal, avec Pierre Bordage ou Morgan of Glencoe qui ne tarit pas de conseils pour l’autrice en arbres que je suis. Bon… Je n’étais pas venue seule et, à nous deux, nous repartons avec pas moins de onze livres >_<, mais cette fois, je ne suis pas en vacances, alors ces mondes-là devront attendre patiemment avant que je les déguste avidement.

Vous reprendrez bien encore un p’tit livre, n’est-ce pas ?

Tout cela pour dire que les livres sont ma vie, je pourrais passer ma vie à lire et grignoter ces mondes réels et imaginaires avec délectation. C’est la passion la plus dévorante que j’aie et vue ma compulsion à l’achat, elle n’est pas prête d’être étouffée, malgré ma volonté à vouloir absolument freiner ma consommation envahissante.

N’allez pas croire que ces livres sont des caprices. Non, non. Chacun renferme un univers, un monde prêt à m’accueillir, prêt à être dévoré goulûment. Il n’attend que le bruit du froissement de ses propres pages et du souffle haletant du lecteur vorace de mots/maux ! Et j’aime tant me projeter dans ces moments de pause dans le quotidien, loin de notre dure réalité. C’est de toute façon ce que je clame dans « Livres émois » et ce n’est pas près de changer, même si je ferai tout pour me restreindre au maximum…. Si je compte, j’en suis aujourd’hui à plus de 80 livres en 6 mois. Mais quand aurai-je le temps de tout lire ? Quand ? Les journées ne sont pas assez longues. La vie non plus…

Comme le tweetait si bien Stephen King le 18 juin 2022 : « So much to watch. So much to read. So little time. » Alors, je vais rester zen… je l’espère… au moins quelques semaines. 😉

Avr 21, 2018 - Bribes de vies    No Comments

Hier, j’ai eu le reading blues

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé d’avoir une belle session de déprime après avoir fini un livre. J’ai régulièrement cette sensation de vide après avoir terminé une série dont j’ai enchaîné le grand nombre d’épisodes très vite. Les personnages sont devenus mes amis et ne plus pouvoir les retrouver parce que la série est terminée, c’est presque comme perdre un proche. Oui, j’exagère, mais le sentiment est plutôt fort. Une déprime plutôt difficile s’empare de nous. Heureusement, elle ne perdure pas très longtemps. Notre façon de dissocier la fiction de la réalité nous permet d’apaiser la douleur de la perte de l’ami imaginaire et de se rassurer avec notre routine et nos aventures exotiques. 😉 Read more »