Browsing "Bribes de vies"
avr 21, 2018 - Bribes de vies    No Comments

Hier, j’ai eu le reading blues

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé d’avoir une belle session de déprime après avoir fini un livre. J’ai régulièrement cette sensation de vide après avoir terminé une série dont j’ai enchaîné le grand nombre d’épisodes très vite. Les personnages sont devenus mes amis et ne plus pouvoir les retrouver parce que la série est terminée, c’est presque comme perdre un proche. Oui, j’exagère, mais le sentiment est plutôt fort. Une déprime plutôt difficile s’empare de nous. Heureusement, elle ne perdure pas très longtemps. Notre façon de dissocier la fiction de la réalité nous permet d’apaiser la douleur de la perte de l’ami imaginaire et de se rassurer avec notre routine et nos aventures exotiques. ;) Read more »

Hier, je me suis posée des questions sur ma santé et mon avenir professionnel et créatif.

Comment écrire quand tu doutes de chacun de tes mots ? Comment écrire quand la fatigue entrave le moindre de tes mouvements et la moindre de tes pensées ? La création n’est pas si simple, n’est pas si facile qu’elle n’y paraît. L’angoisse de la page blanche ne me mord pas, pourtant, mon corps est assoiffé de sommeil et mon esprit s’est embrumé au point de me faire douter de tout.

Je regarde Seigneur-Chat Éden du Carton. Ses yeux luisent dans la lumière. Il me fixe. Il voit. Il sait. Read more »

Hier, je me suis remise à écrire

Accumulation de B'Stiol dans un point d'interrogation - © Kisa 2017

Accumulation de B’Stiol dans un point d’interrogation – © Kisa 2017

Bon avant tout, ce n’était pas hier au sens strict, évidemment. C’était plutôt en décembre 2…
Après une séance d’évaluation de la personnalité (merci G. ^_^) pour l’efficacité du développement l’entreprise dans laquelle je suis salariée, j’ai compris que je n’avais plus le temps d’attendre, plus le temps de tergiverser, plus le temps de me mettre moi, en tant qu’individu, de côté. Je devais donc prendre en main ma vie et surtout ma vie créative.
On nous dit souvent que la vie passe vite et, même si c’est un poncif, c’est la réalité, mais la vie passe d’autant plus vite quand on s’oublie, et elle passe mal. Elle reste coincée au fond de la gorge et nous étouffe. Read more »

Hier, j’ai voulu reprendre ce blog

La B’Stiol Triyi déguisée en savant fou – © Kisa 2017

La B’Stiol Triyi déguisée en savant fou – © Kisa 2017

Sérieusement, un blog ?

Ouais, ça ne sert probablement plus à rien un blog, mais j’m’en fous ^^
Un eXutoire (j’adore mettre des X majuscules au milieu des mots, ne me demandez pas pourquoi… et non, rien avoir avec le porno !), voilà ce qu’est d’abord ce blog.
Je ne prête pas toujours attention à la forme, au style, à ma plume. J’écris ici en langage parlé et ça me va très bien parce que j’ai juste envie de cracher sur l’ordi des coups de cœur, de gueule, de blues et de les partager avec le monde, parce que je pense sincèrement, qu’un ressenti, quel qu’il soit, n’est pas aussi personnel et anodin qu’on veut bien nous le faire croire. Il peut aussi faire du bien à celui qui le lit.
Read more »

Hier, j’ai lu « Niki de Saint-Phalle, Le Jardin des secrets » d’Osuch et Martin.

Couverture du livre

Couverture du livre « Le Jardin des secrets d’Osuch et Martin » – Casterman – 2014

Je ne sais pas, je ne sais pas quoi dire mis à part que ce livre (oui ! Les B.D. sont aussi des livres ! Merde !) a fait boumboumer mon cœur.
Je ne sais pas, c’est peut-être la vie de Niki de Saint-Phalle et les mots avec lesquelles elle se raconte… Sa souffrance énorme, sa force et son courage sans borne m’ont profondément touchée.

Les autrices (oui, c’est la féminisation historique de ce mot), Dominique Osuch et Sandrine Martin, nous donne à voir et à lire Niki en toute simplicité dans le ton utilisé (Niki nous prend par la main, le lecteur suit sa vie à ses côtés, elle nous guide à travers son quotidien). Le style du dessin à la fois simple et précis, tantôt noir et blanc, tantôt couleur, rappelle l’artiste et toute la surcharge émotionnelle qui la caractérisait. Elles réussissent à la perfection à nous faire croire que Niki a elle-même dessiné ce livre.
Je pense que c’est l’atout de cette bande dessinée, nous croquons à pleine dent la vie de Niki, nous la vivons avec elle. Impossible de rester stoïque si on aime la femme et l’artiste. Read more »

Hier, j’ai trouvé un morceau de poulet dans mon risotto aux champignons végétarien.

Végétarienne ? Pas de problème !

J’avais été contactée par l’association qui suivait la création de mon entreprise (close à ce jour) pour me proposer de participer à un speed-meeting, entendez par là un speed-dating pour chefs d’entreprise en mal de clients ou de relations professionnelles. Cette soirée devait me permettre d’échanger avec d’autres créateurs d’entreprise, de partager nos difficultés à trouver des clients, faire notre promotion, échanger des astuces pour que notre business tourne. Je me suis dit : « Pourquoi pas ? » Read more »

sept 7, 2015 - Bribes de vies    No Comments

Hier, je n’ai pas eu envie d’oublier Charlie

Marche pour Charlie Hebdo - Tours - 11 janvier 2015 © Jessie A. Chevin

Marche pour Charlie Hebdo – Tours – 11 janvier 2015 © Jessie A. Chevin

Hier, je n’ai pas eu envie d’oublier Charlie.

Je regarde cet avatar sur Facebook, le mien, celui que je ne réussis pas à supprimer, à remplacer. Mon curseur s’approcher, frôle l’icône de modification de la photo de profil et un creux profond se fait dans mon ventre.

Pourtant, je me dis qu’il serait temps de… passer à autre chose. Oui ! Voilà la première expression qui me vient au bout de la plume « passer à autre chose ». Et je m’écœure. Read more »

août 31, 2015 - Bribes de vies    No Comments

Hier, j’ai abandonné ma plume et je me suis encore perdue

Le Labyrinthe de la Psyché : L'Adolescence V.2 - © Jessie Chevin  (photo et installation)

Le Labyrinthe de la Psyché : L’Adolescence V.2 -
© Jessie Chevin (photo et installation)

Hier, j’ai abandonné ma plume et je me suis encore perdue

Je déteste me concentrer sur un projet lorsque j’ai peu de temps à lui consacrer, pour m’y atteler vraiment, je déteste que ma session de travail se transforme en mini sessions de quelques minutes. Je trouve la phase de concentration sur le projet pénible, du coup, 30 minutes grappillées de temps à autre pour travailler, ça m’exaspère. Read more »

Pages :12»